Réaction de Latifa Aït-Baala, députée (Bruxelles) au discours de la Fête du Trône de SM le Roi Mohammed VI

M99TV
Le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion de la Fête du Trône marquant la 22ème année de son intronisation restera sans aucun doute inscrit dans les annales et à tout le moins le plus audacieux. Il est marqué du sceau de la souveraineté du continent africain et de la fraternité qui doit sceller l’avenir des relations entre le Royaume du Maroc et l’Algérie. La bienveillance exprimée par Sa Majesté dans le discours adressé à la nation marocaine dépasse son peuple, ne se pas limite aux frontières du pays mais s’inscrit aussi dans le cadre de l’ensemble des relations diplomatiques du Royaume, à commencer par son voisin direct le plus proche, à savoir Alger.

Depuis son intronisation, Sa Majesté le Roi Mohammed VI n’a eu de cesse de cultiver une vision du continent africain fondée sur la dignité du citoyen africain. C’est sans relâche que le Roi œuvre à la grandeur du continent africain sur la scène internationale. Cette grandeur passe indéniablement par son unité. C’est donc à dessein que Sa Majesté tend la main à Alger pour écrire une nouvelle page de l’histoire.

Après l’historique réintégration du Maroc au sein de l’Union Africaine, Sa Majesté le Roi Mohammed VI entend tourner un chapitre de l’histoire des relations entre le Royaume Chérifien et l’Algérie, un chapitre de guerre froide dans le chef d’Alger qui n’a plus de raison d’être, dénué aujourd’hui de tout fondement et que d’aucuns ne comprennent.

Certes, « il est plus facile de faire la guerre que la paix » comme disait Georges Clémenceau mais l’appel à s’inscrire dans le concert des grandes nations et faire du Maghreb une union restée lettre morte depuis le Traité de Marrakech, mériterait d’être revigoré dans l’intérêt de « peuples jumeaux » pris en otages sans raison.

Cet appel à la raison lancé à l’attention d’Alger est lourd de sens.
Il est un appel à la maturité des dirigeants pour des relations fondées sur les intérêts réciproques de « peuples jumeaux ».
Il est un appel à entrer dans l’arène d’états indépendants qui s’engagent pour garantir la souveraineté et la sécurité de leurs peuples sur les plans alimentaire, économique, etc.
Il est un appel à se débarrasser des stigmates de la colonisation pour se tourner vers un avenir commun porté par une libération de toutes les forces vives des nations.
Il est un appel à la prise de responsabilités face aux défis qui se profilent pour l’ensemble du Maghreb et du continent.

Il est temps de quitter l’adage « diviser pour mieux régner » au profit de celui de « l’union fait la force ». C’est aussi cela, l’art de la paix insufflé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. L’Histoire retiendra assurément l’appel de Sa Majesté !

Le Maroc a entamé au fil du temps une trajectoire largement applaudie par la communauté internationale sur bien des plans. Les récents défis liés à la pandémie ont été surmontés, au prix d’efforts importants, d’une manière exemplaire pour garantir la sécuritaire sanitaire, relancer l’économie et adopter le Pacte national pour le développement, faciliter l’accès des MRE à leur pays d’origine, etc.

Quelles que soient les circonstances, la Fête du Trône demeure dans l’espace et le temps, un moment particulier de communion inébranlable entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et les Marocain-e-s !

Latifa Aït-Baala
Députée, Bruxelles [email protected] 
www.m99.ma


شاهد أيضا
تعليقات
تعليقات الزوار
Loading...