“Frontex considère le Maroc comme un partenaire « fiable et fort » de l’UE dans la gestion des flux migratoires

M99TV

Le directeur exécutif de l’agence européenne de contrôle des frontières (Frontex), Fabrice Leggeri, considère que le Maroc est un partenaire « fiable et fort » de l’UE en matière de gestion des flux migratoires et appelle à ne pas « exagérer » après la « certaine augmentation » dans les arrivées de migrants à Ceuta en mai car il s’agissait d’un « incident isolé » que les autorités marocaines ont stoppé « très rapidement ».

Frontex considère le Maroc comme un partenaire « fiable et fort » de l’UE dans la gestion des flux migratoires

Dans une interview à Europa Press, Leggeri a salué les relations de son agence avec le Maroc et la gestion que ce pays d’Afrique du Nord fait des flux migratoires, malgré ce qui s’est passé il y a deux mois dans la ville autonome de Ceuta.

“Le Maroc a fait beaucoup et fait beaucoup en matière de gestion des migrations pour éviter que le territoire marocain ne devienne un lieu de départ pour l’Espagne et l’Union européenne”, a-t-il défendu.

De l’avis du directeur exécutif de Frontex, la fiabilité de Rabat est démontrée par le fait que la route migratoire de la Méditerranée occidentale « est sous contrôle » : « Nous avons à peu près le même niveau d’arrivées que l’an dernier, ce qui montre que les autorités marocaines ont même renforcé leur gestion des départs du Maroc et ont adopté des mesures pour lutter contre les activités criminelles liées à la traite des êtres humains », a-t-il expliqué.

Leggeri soutient que cela est dû à la bonne coopération que l’agence qu’il dirige entretient avec les autorités marocaines malgré ce qui s’est passé en mai, lorsqu’environ 8 000 migrants sont entrés irrégulièrement à Ceuta en mai de cette année.

UN INCIDENT ISOLE QUI NE SE REPETERA PAS

En effet, le patron de Frontex considère que cet épisode était un “incident isolé” qui ne se reproduira pas : “Je pense que c’était un incident isolé et il ne faut probablement pas exagérer car la coopération (avec le Maroc) est excellente”, a-t-il fait valoir. . . .

Leggeri reconnaît qu’il y a eu une “certaine augmentation” des arrivées de migrants à Ceuta en ces jours de mai, mais souligne que les autorités marocaines l’ont arrêté “très rapidement”. “Je comprends qu’il y ait eu des contacts diplomatiques sur des questions bilatérales entre le Maroc et l’Espagne, mais je ne peux pas commenter cela”, a-t-il déclaré.

Pour cette raison, les Français estiment qu’un tel phénomène ne se reproduira pas. “Je ne pense pas que cela puisse se reproduire”, affirme-t-il, et insiste ensuite sur le fait que Rabat est “très actif” dans sa collaboration avec Frontex et l’UE, ainsi qu’avec l’Espagne “au quotidien dans le domaine opérationnel”.

EXPULSION DE MINEURS

Interrogé sur l’expulsion des mineurs non accompagnés ordonnée par le ministère de l’Intérieur et désormais suspendue par la Justice, Leggeri a préféré ne pas commenter les procédures judiciaires en cours, mais a reconnu que toute situation impliquant des mineurs non accompagnés est « très sensible ».

“D’une part, il faut veiller à ce que chaque personne vulnérable soit traitée de manière appropriée, mais d’autre part, il faut réfléchir à ce qui est le mieux pour un mineur non accompagné. Être seul dans un pays étranger ou rentrer chez soi ?”, a demandé le PDG. de Frontex.

Leggeri, qui reconnaît ignorer les cas spécifiques de mineurs non accompagnés qui pourraient être expulsés vers le Maroc, souligne que son “expérience” lui a montré que “parfois l’âge des migrants peut être très difficile à déterminer” et ajoute que ” ils peuvent être en danger s’ils restent en Europe. ”

“Je pense qu’il faut aussi veiller à ce que les mineurs ne soient pas exploités par des réseaux criminels. Le risque est qu’ils soient aussi vulnérables en Europe”, s’est-il défendu.
www.m99.ma


شاهد أيضا
تعليقات
تعليقات الزوار
Loading...